Coralie Boisson (Boxe au féminin) : « Dépasser ses limites »

Elle se souvient encore des paroles de sa mère. « Elle avait une mauvaise image de la boxe, rappelle Coralie Boisson, animatrice de l’activité « boxe au féminin » chez ASSPA et La Collective. Elle pensait que j’allais revenir avec un nez cassé, la pommette abîmée ». Coralie a dû patienter jusqu’à ses 18 ans avant de chausser les gants. Depuis, elle n’a de cesse de vouloir balayer toutes les idées reçues autour de sa discipline. « Ce n’est pas un sport de brutes, assure-t-elle. C‘est être attentif à son adversaire, avoir une stratégie ». La boxe constitue également un chemin vers l’épanouissement personnel, l’apaisement, la solidarité. Elle a donc créé l’association Libère ta boxe, qui lui a permis de proposer l’activité à des jeunes filles des quartiers du Trébon et de Griffeuille, âgées de 14 à 17 ans, l’an dernier. « Ce sont des moments à elles, avoue-t-elle. Elle se défoulent, s’apaisent, dépassent leurs limites ».

Son destin croise alors celui d’ASSPA et de La Collective, un lieu d’écoute, de soutien et de solidarité pour les jeunes filles et les femmes. Un créneau est ouvert pour proposer des séances de boxe de loisir réservées exclusivement aux femmes. « C’est de la boxe et du renforcement musculaire, explique-t-elle. Elles vont pratiquer un loisir tout en s’amusant. Des femmes n’osent pas franchir la porte des clubs car c’est un milieu très masculin. En étant entre nous, cela peut permettre de les motiver ». Elle a su convaincre des jeunes femmes de tous âges, ainsi que des mamans également, avec la possibilité de bénéficier d’une garderie-animation. Le succès est au rendez-vous avec plus d’une trentaine de participantes inscrites (une quinzaine était espérée) et l’éventualité d’ouvrir un deuxième créneau à la rentrée). « Je veux transmettre ma passion, insiste-t-elle. Je suis là pour casser les préjugés. La boxe est un sport de combat qui aide à sa canaliser ».