Jérôme, papa de Mélio (6 ans) : « ASSPA fait tomber des barrières »

Jérôme a inscrit son fils Mélio (6 ans) au programme « Découvre ton sport ». Au-delà de l’apprentissage de plusieurs disciplines (escalade, équitation, volley-ball), il estime que cette expérience a aidé les parents à mieux faire comprendre le handicap à leurs enfants et à ces derniers à se sentir encore plus à l’aise face à la différence.

Pour les parents

« A travers ASSPA, on montre que l’on est tous différents et que l’on peut apprendre se côtoyer.  Il ne faut pas avoir de l’autre ni de son regard. En tant que parents, on n’a pas toujours les bons mots. On ne sait pas comment le présenter ou le dire. ASSPA nous a aidés dans cette prise de conscience. Même si nos enfants sont très jeunes, c’est à cet âge-là qu’ils peuvent comprendre et accepter les différences. Il ne faut pas qu’ils aient une crainte. Même si une personne est différente, on peut jouer avec elle ».

Les enfants face au handicap

« Mélio est demandeur, il pose beaucoup de questions. Les enfants n’osent pas toujours le faire. Ils n’ont pas l’habitude. On a beau leur expliquer qu’ils peuvent le faire, ça reste des gamins. ASSPA permet aux enfants de se sentir libre par rapport au handicap ».

Comprendre et accepter la différence

« Dans l’école de Mélio, il existe une classe Ulis, avec des enfants en situation de handicap. Il nous a dit qu’il y avait des copains qui avaient tel ou tel handicap et qu’il était allé discuter avec eux. ASSPA lui a permis de faciliter ce contact. Un jour, on a croisé une petite fille en fauteuil qui fait partie de l’association. Mélio est allé à sa rencontre, comme n’importe quel copain ! Un an plus tôt, ça n’aurait peut-être pas été aussi naturel. Les parents étaient super contents. ASSPA fait tomber des barrières ».

« Découvre ton sport »

« Il a adoré ! ASSPA lui a permis de découvrir des disciplines qu’il n’aurait pas pratiquées naturellement et où on ne l’aurait pas inscrit. Je pense à l’escalade ou à l’équitation. Plus jeune, j’ai fait tous les sports. Au bout de trois mois parfois, je m’apercevais que ça ne me plaisait pas mais c’était trop tard. Avec ASSPA, tu découvres plein de disciplines sur plusieurs périodes. Et se dire : « tiens, j’aimerais me licencier dans tel club ». On a même des coups de cœur. On est allés au volley-ball à reculons. On ne va pas se licencier dans ce club, mais on adoré chaque séance ».